lundi 24 janvier 2011

HOMMAGE À MOHAMED BOUAZIZI PAR EFFER LECEBE


L'acte de désespoir de Mohamed Bouazizi qui s'est immolé par le feu le 17 décembre 2010 et a été l’étincelle  entraînant une révolte nationale en Tunisie n'inspire pas que les artistes Tunisiens qui depuis rivalisent d'inventivité. 

Aujourd'hui symbole de Liberté et d'espoir, Mohamed Bouazizi a inspiré l'installation de Effer Lecébe composé d'un étal de marchand ambulant et d'un tas de cendres. Les fruits et légumes sont chaque jour offerts aux visiteurs et l'étal est réapprovisionné tous les soirs à 19h15, heure de décès de Mohamed Bouazizi.

Exposition au centre d'Art Contemporain . Entrée libre.  


Effer Lecebe


Effer Lecébé est un personnage hybride, casque bleu et plasticien. 
Il est l’émergence d’une identité nouvelle, renommant et assimilant l’essence et le statut.

La question du rapport action / observation engendre ici une problématique plastique.
EFFER exprime la position de l’artiste au monde : face au monde et dans le monde.

Sa production plastique renvoie à une expérience visuelle critique.
- Le recours à la peinture, au collage, à la photographie et à la vidéo suppose une démarche de dé-cadrage et de re-cadrage tant du sujet que de l’objet. 
Le matériau filmique intègre une modulation temporelle de l’image photographique et du recours même à la peinture. Il photographie l’acte de peindre et peint la déformation du monde. 
Les réagencements sériels de formes et d’informations relient le geste de l’artiste à la question de la distance et de la proximité du monde. 
- Il reformule ainsi le monde à son idée jusqu à la déformation physique et la reformulation conceptuelle. 
Il inscrit son travail dans l’histoire de l’art ( le transept, les yeux issus de tableaux célèbres … ) et s’inscrit dès lors lui-même dans l’histoire du monde, humaine et politique . 
Verticalité et horizontalité sont repensées et donnent à repenser le monde.

- L’événement s’incarne dans le personnage, les visages passant du réel à une abstraction existentielle. Le « réel » est ainsi « fictionné » (Jacques Rancière) ; l’événement est repensé par une construction géométrique humaine.
Effer lecébé a conceptualisé les principes d' "interposition plastique" , "d' 'interposition critique" " et "d'interposition culturelle" .
Source : Le blog de Effer Lecebe 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire